Graines de cannabis féminisées, techniques de reproduction

Voilà plus de 15 ans que les graines de cannabis féminisées sont arrivées sur le marché. Beaucoup de cultivateurs amateurs et professionnels se sont sentis réticents à l’arrivée de ces graines miracle. Le fait est qu’aujourd’hui tout le monde ou presque utilisent des  graines féminisées. Quelles sont les techniques de féminisation que les banques de graines utilisent et est-il possible de les reproduire chez soi.

Il est un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Les graines régulières, l’époque où il fallait faire le tri et retirer tous les plants mâles de vos cultures. Imaginer sur un paquet de 20 graines régulières ne pouvoir mener à terme environ 50% des plantes et dans les pires cas, que deux ou trois plantes. Les boutures de plantes femelles était le seul moyen de pouvoir rentabiliser l’espace de culture. Des techniques avancées sont nécessaires pour produire des boutures viable, techniques difficiles à mettre en place pour des cultivateurs débutants. C’est dans cet esprit que les graines féminisées sont apparues sur le marché, simplifiant ainsi la culture du cannabis. Terminé le temps ou les plantes du voisin viennent polliniser vos cultures, terminé le temps perdu dans votre box à inspecter et retirer un à un les plants mâles. Les graines féminisées ont bousculé le marché de la culture du cannabis.

Le cannabis n’est pas la seule plante dites dioïque, plusieurs familles de fruits et légumes tels les kiwis ou les cucurbitacées possèdent deux genres, mâle et femelle. Les techniques de féminisation n’ont pas été créées avec le cannabis et son utilisé depuis déjà plusieurs centaines d’années.

Techniques de féminisation

Bien que les techniques diffèrent selon les breeders, le principe reste identique. Une plante femelle est forcée de produire du pollen, on appelle ce processus la réversion. Le pollen ainsi acquis permet de féconder un groupe de plantes femelles, les graines obtenues issues de deux plantes femelles sont féminisées à plus de 99%

pollen, cannabis male

Light Poisoning

Il s’agit d’une des méthodes les plus simples et les plus anciennes pour obtenir du matériel génétique mâle sur une plante femelle “l’empoisonnement léger”. Des plantes normalement constituées peuvent afficher ce trait lorsqu’elles sont cultivées dans des conditions de luminosité particulière. L’interruption des cycles de lumière entraîne un stress et la réversion de la plante. Cette technique ne nécessite aucun produit et est 100% naturelle cependant les résultats sont aléatoires. Le risque que les graines obtenues soit à la fois mâle et femelle reste important, des graines dites hermaphrodite. Toutefois les premières variétés de graines féminisées ont été conçu ainsi.

La rodhélisation

Technique de surmaturation des fleurs femelles. Si une plante de cannabis femelle arrive en fin de cycle et que celle-ci n’a pas été pollinisé, pour la pérennité de l’espèce elle va produire du pollen. Cette technique ne permet pas une grosse production de graines, en effet on ne parle pas d’une réelle réversion tant la quantité de pollen est petite. 

L’acide gibbérellique

Hormone végétale découverte pour la première fois en 1926.  Utilisé pour lever la dormance des graines, comme additif pour la maturation des agrumes, la réalisation de raisins sans pépin, plus de saccharose dans la canne à sucre, bref les applications de cette hormone sont nombreuses. Dans notre cas, cette hormone sert également à la réversion des plantes de cannabis.

Thiosulfate d’argent, nitrate d’argent et sulfate de sodium “STS”

Technique la plus largement répandue ces dernières années, fiable et efficace. En pulvérisation foliaire au moment du changement de photopériode. Attention cependant à la toxicité, des équipements de sécurité sont obligatoire gants, masque et lunettes. Les plantes ainsi traitées ne pourront être consommées sous aucune forme.

L’argent colloïdale

La reproduction des plantes de cannabis par le biais de l’argent colloïdale est basée sur la technique utilisée par le “STS”, l’argent inhibe la production d’élément chimique indispensable à la création de fleur femelle mais nécessaire pour l’apparition du pollen.

Connu depuis l’antiquité pour ses propriétés antiseptiques, l’argent a été largement utilisé en médecine jusqu’à l’apparition des antibiotiques.

Les breeders

Les techniques et les produits utilisés pour la réversion sont bien connus, cependant les professionnels ne communiquent pas sur le sujet. Chaque breeder utilise son propre dosage issu de ses propres expérimentations, recette magique jalousement conservé. Si vous souhaitez confectionner votre propre  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.