Le cannabis, origine et histoire de la plante

D’où vient cette multitude de variétés de cannabis ? Comment les banques de graines espagnoles et les coffee shop hollandais peuvent-ils proposer des centaines de variétés différentes.

Dans la nature, on peut classer le cannabis sauvage 3 souches distincts :

  • INDICA
  • SATIVA
  • RUDERALIS
les différentes souches de cannabis

Le cannabis naturel de type Sativa provient des régions équatoriales, dans la nature, il mesure plusieurs mètres de haut. Aujourd’hui différents croisements permettent d’atteindre 5 m de hauteur.

Connues également pour ses fibres végétales, utilisées pour fabriquer des vêtements et de nombreux autres textiles. Il y a quelque temps, c’était même le plus gros acteur dans l’industrie du papier, il pousse plus vite qu’un arbre et son impact sur la nature est proche de zéro. Mais, d’une manière ou d’une autre, l’industrie du papier revient au papier fait d’arbres et continue à récolter de très grandes quantités de forêts.

En tant que drogue ou médicament, l’utilisation du cannabis sativa naturel est assez limitée avec une teneur en THC faible à moyenne. Dans la nature, la souche sativa originel ne produit souvent que 1 à 2 % de THC, dans de bonnes conditions, il peut grimper jusqu’à 5 %, mais pas beaucoup plus. Le rendement est énorme, une seule plante de Cannabis Sativa peut donner 1,5 kg de fleurs séchées

souche cannabis sativa

La souche Indica

C’est la souche de cannabis naturelle que les fumeurs recherchent, comme son nom l’indique, le cannabis indica est originaire de l’Inde. Les plantes sauvages peuvent contenir jusqu’à 16 % de THC dans la fleur séchée. Semblable aux forêts de conifères, en particulier les plantes femelles. La souche indica est plus petite que le cannabis Sativa. À l’état sauvage les plantes indica ne dépassent pas 1,6 m en moyenne.

Contrairement au cannabis sativa, le cannabis indica est moins propice à la production de textile. Les tiges et les troncs sont compacts ressemblant plus à du bois. La transformation en fibre est plus compliquée à réaliser et plus gourmande en énergie.

La consommation du cannabis indica remonte à l’antiquité. Dans certaines tribus, le cannabis possède une place centrale, cérémonie religieuse, aide à la méditation, comme somnifère et de nombreuses autres fins médicales ou récréatives. Le Cannabis Indica n’est pas seulement fumé sous forme de fleurs femelles séchées. Il existe de multiples autres procédés qui l’utilisent, dans des mélanges d’encens, pour manger ou même comme pommade pour la peau.

La plante a une teneur naturelle en THC si élevée que les feuilles ont, elles aussi, de forts effets psychoactifs.

souche cannabis indica

La souche Ruderalis

Une plante très intéressante, même si elle n’est pas destinée à la consommation directe. Le cannabis naturel Ruderalis pousse dans les régions froides, très peu ensoleillées et extrêmes, comme la Sibérie. C’est une petite plante ligneuse à croissance lente, mais extrêmement robuste. La souche ruderalis n’a jamais tenu de place importante dans aucune culture. Sa faible teneur en THC ainsi que sa croissance lente l’ont longtemps mis sur la touche. Maintenant, cette variation semble être intéressante, pour générer de nouvelles génétiques et sélectionner de nouvelles variétés de cannabis, elle est à la base de toutes les variétés dites autofleurissante.

souche ruderalis

Cannabis en éprouvette

Maintenant que les souches naturelles sont expliquées, la plupart d’entre vous verront où cela nous mène. Toutes les variétés de cannabis peuvent être croisées. Un exemple simple : vous voulez un rendement élevé avec une bonne quantité de fleurs. Un croisement entre sativa et indica, vous donne une plante avec un taux de THC juste entre les deux, plus grande que l’indica naturel, et donc avec un meilleur rendement.

Mais, ce n’est que l’exemple le plus simple. Aujourd’hui, il existe des souches cultivées depuis des décennies, reproduites avec différentes variétés encore et encore, de sorte que personne aujourd’hui ne peut vraiment dire quelles sont ses origines. Les objectifs varient également d’un breeder à l’autre. Certains sont principalement intéressés par des rendements élevés, choisissant ainsi des souches à gros rendements, sans se soucier beaucoup du goût. Alors que d’autres breeder sont eux-mêmes consommateurs de cannabis et ne recherchent donc pas le rendement élevé, mais une grande qualité des composants actifs, une bonne odeur et un excellent goût.

Cycle de vie et reproduction

Maintenant que nous savons quels types de cannabis existent à l’état naturel, nous allons jeter un œil à la plante elle-même. Contrairement à la plupart des plantes, le cannabis possède deux genres, mâle et femelle.

Cannabis femelle

Les plantes femelles développent les fleurs, qui produisent de la résine, matière tant convoitée. La résine contient les composants actifs de la plante (THC, CBD, CBG,…). La résine collante fixe le pollen d’une plante mâle sur les fleurs femelles. Si la fleur a pu attraper du pollen d’une plante de cannabis mâle, elle arrête complètement la croissance de la fleur et la production de résine est réduite au minimum. La plante de cannabis femelle commence maintenant à fabriquer des graines de cannabis. Lorsque les graines sont matures et prêtent à germer, le cycle de vie de la plante prend fin. La plante femelle meurt et les graines de cannabis tombent au sol, après avoir atteint la terre, le cycle de vie recommence.

Cannabis male

Voyons maintenant les plants mâles, leur cycle de vie est un peu différent. Ils n’ont pas à attendre une pollinisation pour accomplir leur existence. Les plants de cannabis mâle grandissent et commencent également une forme de floraison. Mais au lieu de produire des fleurs avec de la résine, ils commencent à développer des capsules de pollen. C’est aussi la raison pour laquelle les plantes mâles ne contiennent presque aucun composant actif. Lorsque la plante atteint sa maturité, les gousses de pollen commencent à s’ouvrir. Les vibrations et les vents transportent le pollen pour trouver, espérons-le, une plante femelle mature. Les cannabiculteurs essaient régulièrement de séparer les mâles des plantes femelles le plus tôt possible, car le risque de pollinisation est trop élevé. Une pollinisation précoce des plantes femelles pourrait signifier une perte massive de teneur en THC, ainsi que réduire le rendement au minimum. Après la perte de son pollen, le plant de cannabis mâle meurt et le cycle de vie recommence.

pollen, cannabis male

Puisque vous êtes encore la...

Vous savez maintenant pourquoi le cannabis est une plante vraiment unique à tous égards et pourquoi vous pouvez trouver des centaines de types d’herbe et de hasch différent. Pour en savoir plus sur l’univers du cannabis, je vous recommande canna-weed.fr, un blog qui vous dit tous sur la culture, la réglementation et les avancées thérapeutiques autour du cannabis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.